Vous êtes ici

Acualités

18 Avril 2018
Le concours Mangabul de Troyes, le 19 avril au Lycée des Lombards à Troyes
 

Le concours Mangabul, un véritable événement dans les collèges et lycées de Troyes et ses alentours !

 

Si tu n’es pas du tout de la Région, tu ne connais pas ce concours. Pourtant, il est vraiment intéressant et enrichissant !

Pour commencer, faisons une présentation de l’événement, des enjeux, et des différents points qui me semble important d’aborder dans cet article !

 

Le concours Mangabul est un concours de création pour les collégiens et lycéens autour du manga. Ce rendez-vous fut initié par les documentalistes du département de l’Aube en 2014 pour « faire découvrir le manga aux élèves et les intéresser à des titres qu’ils n’ont pas l’habitude de lire. ». C’est également l’occasion pour les élèves de rencontrer d’autres jeunes qui partagent la même passion qu’eux.

 

Il se déroule en partenariat avec la librairie spécialisé BD, Mangas et Comics de la ville de Troyes, le Bidibul. Les libraires ont pour mission de faire une sélection de vingt titres de la bande dessinée japonaise, qu’ils présentent aux élèves et aux documentalistes des différents établissements participants. Sur ces vingt titres, seulement cinq seront garder, et c’est autour de ces cinq mangas que les élèves devront créer leurs œuvres (peintures, dessins, sculptures, cosplay,…).

 

Pour te donner une idée des titres qui sont sélectionnés par les élèves et les enseignants, voici la sélection de l’édition de 2017-2018 !

 

Les libraires font en sorte d’avoir des genres très différents afin d’ouvrir au maximum les jeunes à tous types de mangas ! Ce sont d’ailleurs les élèves qui ont sélectionner le manga Reine D’Egypte, qui est un des meilleurs mangas existant sur cette période historique en Egypte.

Je ne sais pas toi, mais je pense que ce genre de concours est très intéressant pour faire découvrir le manga aux jeunes, et démocratiser la lecture de la bande dessinée japonaise autant auprès des jeunes qu’auprès des enseignants, et montrer qu’il ne s’agit pas d’une sous littérature.

 

Article rédigé par Marine Collard, Service Civique Ambassadrice Jeunesse et Lycée